L'esprit de château / La main verte

Prochainement :

Le château du Lude, dans la vallée du Loir, est l’une des nombreuses forteresses destinées autrefois à protéger le territoire féodal. Mais au Lude, le temps ne s’est pas arrêté au Moyen Âge. Cinq siècles ont façonné le château serti entre ses tours crénelées, pour lui donner l’allure d’un palais à l’image de la puissance de ses occupants et de la grandeur de la France. Des douves, vestiges de la forteresse médiévale, au studiolo, joyau de la Renaissance, en passant par les jardins où se tiennent chaque année début juin la Fête des Jardiniers, la splendide demeure révèle ses secrets aux visiteurs.
Depuis la Renaissance, le château se transmet en héritage et ses propriétaires successifs, animés par l’amour de cette bâtisse, l’ont façonnée à travers les siècles. C’est cette histoire que nous raconte Barbara de Nicolaÿ, l’actuelle propriétaire du château devenu un site touristique majeur, dans un livre richement illustré par les photos inédites d’Éric Sander, dévoilant des facettes cachées du premier grand château du Val de Loire à découvrir en descendant du Maine.

Hélène Dalloz-Bourguignon commence sa formation artistique dès son plus jeune âge. Amateurs d’art, ses parents organisent tous les étés dans leur propriété de Bourgogne des expositions lui permettant de rencontrer des artistes tels que Jean
Messagier, René Roche, Michel Tourlière, Ervin Patkaï… Elle fréquente aussi les cours de Pierre Belvès aux Ateliers des Arts Décoratifs, puis les ateliers de la place des Vosges.C’est donc tout naturellement qu’elle s’oriente vers des études d’histoire de l’art et d’archéologie à l’université Paris Panthéon-Sorbonne. Lors d’un stage d’été,
elle restaure les enduits peints d’une villa gallo-romaine dans le Limousin, un apprentissage qui lui ouvre une nouvelle voie.
Au salon des antiquaires et des métiers d’art de Fontainebleau, Hélène Dalloz-Bourguignon rencontre François Poisson de Souzy et Yves Lapaix, restaurateurs de tableaux, fondateurs des ateliers Saint-Gervais où elle entre comme élève, puis travaille comme assistante pendant quatre ans.
Elle complète sa formation par un stage aux ateliers du Vatican. En 1982, elle ouvre son propre atelier de restauration au village Saint-Paul dans le Marais. Elle intervient sur des tableaux des XVIIe et XVIIIe siècles, des sculptures polychromes, mais aussi des oeuvres modernes et contemporaines. Elle travaille pour une clientèle tant privée qu’institutionnelle, comme la bibliothèque Forney qui lui demande de restaurer des cartons pour des tapisseries de Beauvais. Peu à peu, Hélène Dalloz-Bourguignon élargit son champ d’investigation, répond à des commandes de particuliers pour des chantiers de décoration, imagine des tissus d’ameublement, des décors de théâtre. Parallèlement, elle travaille à ses propres peintures qu’elle présente pour la
première fois en 1997 et expose depuis régulièrement. « Mon métier demande une
concentration extrême. Ma peinture me permet de respirer et de créer en toute liberté. »Pierre Passebon a commencé à lui acheter quelques peintures avant de lui proposer d’exposer. Les œuvres présentées ici ont été réalisées pour l’occasion. Entre arts plastiques et décoration, son travail enthousiasme le galeriste : « Hélène utilise
une écriture contemporaine pour un sujet qui a passionné les artistes de tout temps et de toute civilisation. Son herbier est une calligraphie moderne pour un nouveau langage des fleurs. »

image01
image01
image01
image01
image01
image01

Anciennes expos (archives)

Visitez notre galerie virtuelle
ENTREZ

Nous rejoindre

22 - 26 galerie Véro-Dodat

75001 Paris

01 42 36 01 13

Itinéraire?