Simon Bocanegra/ Philippe Morillon

Prochainement ;

Simon Bocanegra (1949-2011) est un portraitiste, un photographe de la nuit de grand talent. Son mode opératoire toujours identique, un bras levé vers le ciel avec son flash et de son Nikon, il saisit l’instant. Simon est heureux lorsqu’il photographie : c’est sa vie.
Amateur de scandales, de beautés androgynes et de personnes âgées il est aussi le témoin visuel de ses amis et d’un monde underground.
A Paris, New York, Londres et Tel Aviv il capture l’image toujours sur un fil.
Son sentiment d’être un mal aimé, traces de son enfance, est démenti par les nombreuses preuves d’appréciation et de soutien qu’il a reçu au cours de sa vie.
La qualité des images témoigne de l’instinct d’un perfectionniste, elles sont belles, magiques et immortelles. Très cultivé, il lit sans relâche dans son nid d’aigle à côté du cirque des filles du Calvaire.
A propos de son livre tellement désiré il en écrit une dédicace :
« De la parthénogenèse ou coincedentia oppositorum. Volontiers dédicacerais-je cet ouvrage aux coeurs en chaleurs, aux dépourvus de miroir, aux vérités du masque, aux guerriers « qu’en dira-t-on », aux passions volcaniques du profond futile, à toutes les fougues, aux âmes enceintes d’elles-mêmes, aux immortelles glamours, aux jouvences millénaires, au désirs sans objet, à toutes les gloires du oui, et, puisque m’y voici à vous sublime A.
Redoutant de m’aventurer dans les méandres de l’alphabet, je choisis de m’arrêter à la première lettre sur laquelle je buterais. Et ce fut A.
A habiterait mon centre.
A. serait Androgyne. »

Philippe Morillon ;
La Galerie du Passage expose une série d’illustrations des années 1974 à 1980 réunies dans un coffret tiré à 100 exemplaires. A cette occasion, l’artiste sera présent afin de dédicacer cet ouvrage. Philippe Morillon, témoin et acteur privilégié de ces années ou l’illustration était omniprésente dans la presse, le cinéma, la musique, a choisi quelques images culte de cette période. Ce choix a été donné par Philippe Morillon aux figures de cette époque qui se sont amicalement prêtés au jeu : chacun optant pour son image iconique favorite.S’inspirant de l’album « Ultra Lux » sur ses travaux d’illustrateur en 1982, préfacé par Andy Warhol (Il réalisait des chroniques et des photographies pour le magazine de Warhol «Interview »), Philippe a tout naturellement proposé son projet à Pierre Passebon avec qui il a déjà exposé « Une dernière danse ? » série de photographie sur la bande du Palace. Son nom reste d’ailleurs attaché à ce lieu dont il réalisa l’affiche et le logo et partagea toutes les fêtes.
Directeur artistique des magazines Egoïste et Vogue, collaborateur de Pierre et Gilles et ami de Karl Lagerfeld, son oeil a toujours été apprécié. Son travail graphique réalisé à l’aérographe préserve l’esprit du Pop’art et de l’Hyperréalisme.
Dans son appartement du Boulevard Sébastopol, amis et artistes se retrouvaient et partageaient ce bouillonnement joyeux et créatif précurseur. David Rocheline, Paquita, François Baudot, Bénédicte Siroux, Christian Louboutin, Eva Ionesco, Pierre, Gilles, Farida, tous furent ensuite les enfants du Palace, ce paradis perdu..Entre illustration (Philippe Morillon) et photographie (Simon Bocanegra) la Galerie du Passage rend hommage à ces années parisiennes audacieuses et tolérantes où éthique et morale était autre.

image01
image01
image01
image01
image01
image01

Anciennes expos (archives)

Visitez notre galerie virtuelle
ENTREZ

Nous rejoindre

22 - 26 galerie Véro-Dodat

75001 Paris

01 42 36 01 13

Itinéraire?