Gonçalo MABUNDA

 

Gonçalo MABUNDA

du 18 March 2015 au 18 April 2015

Quelques mots sur l'expo et son artiste

Né pendant la guerre civile qui décima une partie du Mozambique de 1975 à 1992, Gonçalo Mabunda est un artiste dont l’enfance a été rythmée par la violence et l’absurdité de cette guerre. Il utilise l’ancien armement abondant et abandonné dans son pays, parfois obligé de les désactiver, pour créer des trônes, des masques et des totems à forte connotation machiste, prouvant ainsi la dérision de la guerre et son rêve d’un pays en paix.

Sans formation de base, il a commencé à travailler avec l’appui d’un projet social visant à échanger des armes enfouies contre des outils destinés à travailler la terre. En 1998, il intègre le studio Nucleo, un groupe de sept jeunes sculpteurs et s’associe au projet Transformation des armes en objets d’art. Il donne aux AK 47, lance-roquettes, pistolets et autres armes de destruction, des formes anthropomorphiques.Il a acquis la notoriété grâce à ses Trônes, qui lui valurent un succès immédiat. Ils sont à la fois attributs du pouvoir et symboles tribaux et claniques typiques de l’Afrique. Une façon ironique de s’asseoir sur l’insanité de la guerre civile qui a isolé son pays pendant longtemps.
Une centaine d’expositions ont été montées en Afrique, en Europe, en Amérique et en Asie et il s’est vu décerner de nombreux prix. Il est présent aujourd’hui dans une vingtaine de galeries et musées de par le monde, comme par exemple, le Tropenmuseum à Amsterdam,the International Sculpture Park à Changchun en Chine,le Centre Pompidou, le Musée de Saint-Etienne, the Museum of Art and Design et the Brooklyn Museum à New York, le National Museum of Maputo au Mozambique ou encore aux Musées du Vatican à Rome.
« Game of Thrones » est le titre choisi par Pierre Passebon, puisque les jeux du pouvoir sont toujours les mêmes et que tous les puissants du monde ont besoin d’asseoir leur autorité depuis la nuit des temps. Dérision dérisoire.
Pour la Galerie du Passage, dix trônes accompagnés de 19 masques seront exposés du 18 mars au 18 avril 2015.