Marina Karella

 

Marina Karella

du 18 October 2018 au 17 November 2018

Quelques mots sur l'expo et son artiste

Quelques éléments biographiques :
1940 : Marina Karella voit le jour à Athènes.

1958 : Elle assiste le peintre Yannis Tsarouchis pour les costumes et les décors de Norma, avec Maria Callas, à Epidaure.

1962 : Elle étudie la peinture avec Oscar Kokoschka à Salzbourg, puis suit les cours de l’Ecole nationale des beaux-arts, à Paris.

1965 : Marina épouse le prince Michel de Grèce, un écrivain à succès.

1972 : Elle se lie d’amitié avec Niki de Saint Phalle et Jean Tinguely.

1975 : Elle expose à la galerie parisienne d’Alexandre Iolas. Parallèlement, elle continue à concevoir décors et costumes pour le théâtre.

1980 : Marina s’installe avec Michel et leurs deux filles à New York. Elle partage l’atelier de l’artiste James Brown. Elle fréquente également Andy Warhol, Robert Rauschenberg, Brice Marden, Jack Pierson, Rob Wynne.
1990 : Elle présente ses sculptures chez Jean-Gabriel Mitterrand.
1994 : Marina et Michel de Grèce rentrent à Paris.
2000 : Elle réalise à l’aquarelle des portraits à taille humaine qui rencontre un grand succès. Elle expose à Paris, New York, Athènes.
Aujourd’hui, entre son atelier parisien et celui de sa maison de Patmos, elle poursuit ses recherches, transcrivant un monde où les êtres, les paysages affleurent seulement à la surface de la toile et semblent irréels.

D’origine grecque, installée à Paris après avoir vécu à New York, Marina Karella a développé au fil des années un travail qui alterne grands tableaux figuratifs (portraits, intérieurs, paysages évanescents) et sculptures plus conceptuelles. Ses variations autour du drapé l’ont rendue célèbre. Nourrie de références classiques, son œuvre est toutefois singulière, personnelle, poétique et mystérieuse.
Pour cette nouvelle exposition chez Pierre Passebon, spécialiste des arts décoratifs du XXe siècle, Marina Karella prend possession de ce lieu qui l’enchante. Elle met en scène un théâtre dont les acteurs invisibles se cachent dans une forêt de sculptures ou derrière des meubles mystérieux. Paravents, tapis, miroirs, lampes, aquarelles et lithographies ; tout se bouscule dans une chorégraphie orchestrée.